counter

mercredi 26 octobre 2011

XXIIIe CONCOURS THESE-PAC

Le jury du XXIIIe concours Thèse-Pac s’est réuni le mercredi 26 octobre 2011 à Nouville. Parmi les 43 travaux proposés, aucun travail sur l’Australie n’a été soumis cette année. Les études menées vont du mémoire de fin d’études d’infirmier d’Etat au master, voire à la thèse de doctorat.

L’objet de Thèse-Pac est de favoriser leur diffusion, grâce au service territorial des archives, à la bibliothèque Bernheim, CDP, à l’université de la Nouvelle-Calédonie et aux organismes qui en souhaitent des copies.

Thèse-Pac remercie ici les différents partenaires qui rendent possible ce concours.

- Le parrainage des deux premiers prix est assuré par la division VI du Kiwani’s club de Nouvelle-Calédonie qui est à l’origine du financement de ce concours pour le premier prix « Nouvelle-Calédonie » et le Lions club de Nouméa doyen pour le premier prix « Australasie-Pacifique-Sud » (prix Jean-Pierre Piérard).

- Une subvention de la Mairie de Nouméa nous permet de doter tous les deuxièmes et troisièmes prix.

- L’institut Pasteur de Nouméa, le CHT « Gaston Bourret » et l’association « AIRAIN » soutiennent les travaux concernant le secteur de la santé par quatre prix spécifiques.

- Koniambo Nickel SAS pour un prix relatif à la promotion de l’environnement.

Tout cela dénote de la part de nos partenaires institutionnels la ferme volonté d’aider à une meilleure connaissance du Pacifique et à une reconnaissance des travaux réalisés sur la Nouvelle-Calédonie malgré leurs difficultés budgétaires.

Thèse-Pac n’oublie pas pour autant l’aide financière ponctuelle que nous accorde la province Sud pour notamment, la réalisation du bulletin Thèse-Pac ou l’achat de thèses anciennes. Il serait trop long de citer toutes les personnes et tous les services qui veulent bien nous aider dans nos recherches.

Il est à noter que quelque 1000 travaux universitaires ont été recueillis par Thèse-Pac et entreposés au service des archives territoriales, qui par convention, gère notre fonds afin de mieux le faire connaître des chercheurs.

Enfin, il est rappelé qu’à l’issue dudit concours le 24e concours annuel Thèse-Pac est ouvert. Tous les intéressés peuvent y participer jusqu’au 30 juillet 2012. Il suffit pour cela d’envoyer une copie de son travail accompagné d’une lettre.

Parmi les travaux proposés par les universités australiennes, il y avait celui de Monsieur Léuli Eshraghi: Nous sommes possibles, très possibles. Vers des espaces de possibilité dans l’écriture océanienne de langue française, mémoire de maîtrise (Honours), School of Languages and Linguistics, University of Melbourne, décembre 2009, 56pp.

Cet opuscule de 56 pages comprend 51 pages de texte, une bibliographie flanquée d’appendices et d’une table des matières. Même si ce travail témoigne des maladresses d’un jeune chercheur, il se remarque par la clarté – sinon l’élégance – du style, la simplicité du propos, la correction de la langue (car les coquilles sont plutôt rares), la très bonne maîtrise du français comme de l’anglais et l’érudition de la culture océanienne postcoloniale. L’auteur, Léuli Eshraghi, propose une analyse spatiale de la littérature océanienne francophone et anglophone qu’il cantonne malheureusement à l’analyse de trois auteurs du Pacifique : Epeli Hau’ofa pour l’anthologie : We are the Ocean : Selected Works (2008), Nicolas Kurthovitch pour son roman français intitulé Good Night Friend (2006) et Marcel Melthéororong pour son récit Tôghàn (2007), trois œuvres résolument contemporaines.

Malgré les origines diverses des 3 auteurs (un Fidjien, un Caldoche et un Ni-Vanuatais), Monsieur Eshraghi parvient à trouver des correspondances entre chaque récit qui permettent de faire la lumière sur leur dimension socioculturelle. Le traitement de l’espace (urbain, rural incarné par la brousse et la vallée, insulaire et celui des institutions totalitaires) fait figure de fil d’Ariane même si l’ambition de Monsieur Eshraghi se voulait plus grande en recouvrant la dimension spatiotemporelle. Malgré le fait que cet adjectif revient comme un leitmotiv dans ses écrits, il n’en demeure pas moins que le temps n’est jamais traité de manière évidente, et ne fait l’objet d’aucune partie à part entière.

Tout bien pesé, le présent opuscule fait œuvre utile puisqu’il a le mérite de promouvoir des littératures d’émergence qui ne demandent qu’à trouver leur place au sein de la communauté que constituent les ardents défenseurs des lettres du Pacifique.

Ce travail n'est pas passé loin d'être primé par le jury THESE-PAC.


La date de la remise des prix aura lieu le 20 décembre 2011 aux Archives territoriales

LAUREATS 2011

I – JURY SANTE-SOCIAL –

-Prix Gaston Bourret

25 000 F : Foret, Janie, L’accompagnement d’un patient agité. Contention : abus ou nécessité ?, travail de fin d’études, diplôme d’Etat d’infirmier, institut de formation des professions sanitaire et sociale Valentine-Buaillon, promotion 2008-2011, 20 p. et annexes.

25 000 F : Souenon, Sandra, Rester professionnelle face à sa famille, travail de fin d’études, diplôme d’Etat d’infirmier, institut de formation des professions sanitaire et sociale Valentine-Buaillon, promotion 2008-2011, 22 p.

-Prix AIRAIN (25 000 F)

Boutin, ép. Cassez, Béatrix, La main de Sophie, entendre le cri pour qu’il devienne parole, travail de fin d’études, diplôme d’Etat d’infirmier, institut de formation des professions sanitaire et sociale Valentine-Buaillon, promotion 2008-2011, 23 p. et annexes.

-Prix Institut Pasteur Nouvelle-Calédonie (25 000 F)

Pivert, Cécile, Intoxications aux cardénolides par apocynacée (Cerbera Manghas) via la consommation de crabe de cocotier (Birgus Latro) en Nouvelle-Calédonie, thèse de doctorat en médecine, université de Rennes 1, faculté de médecine, 2010, 115 p.

II – GRAND JURY –

- Prix Nouvelle-Calédonie

  1. Division VI du Kiwani’s club Nouvelle-Calédonie (100 000 F)

Mokaddem, Hamid, Anthropologie politique de la Nouvelle-Calédonie contemporaine, constitution et médiation des espaces publics insulaires, thèse de doctorat d’anthropologie sociale et d’ethnologie, école des hautes études en sciences sociales, Paris, 2010, 693 p.

  1. Mairie de Nouméa (25 000 F)

Bencivengo, Yann, La société le Nickel. Une entreprise au cœur de la naissance de l’industrie du nickel (1880-1914), thèse de doctorat, université Paris Panthéon-Sorbonne, 2010, trois volumes, 2016 p.

  1. Mairie de Nouméa (15 000 F)

Fizin, Magulue, Paul, Lifou 1793-1923 : histoire des contacts entre kanak et Européens, mémoire de master d’histoire contemporaine, université de Bordeaux III « Michel de Montaigne », 2007-2008, 212 p.

- Prix Pacifique Sud

1. Prix Jean-Pierre Piérard (Lions club doyen de Nouméa, 100 000 F)

Pommès-Tissandier, Marianne, Une approche de la conservation-restauration du patrimoine kanak, mémoire de master d’art en conservation des matériaux culturels, université de Melbourne, faculté des arts, 2005, 132 p.

2. Mairie de Nouméa (25 000 F)

Dotte-Sarout, Emilie, « Le bois ancêtre ». Arbres, forêts et occupation kanak précoloniale sur la grande terre de Nouvelle-Calédonie : étude de cas et approche anthracologique dans la vallée de la Tiwaka (Nord-Est), thèse en anthropologie, ethnologie et préhistoire, université de Paris I-Sorbonne (UFR histoire de l’art)-Australian National University, 2010, 3 volumes, 447 p et annexes.

3. Mairie de Nouméa (15 000 F)

Goarant, Cyrille, Bactéries pathogènes, hôtes et environnement : une approche multifactorielle pour l’étude de la leptospirose en Nouvelle-Calédonie, mémoire pour l’obtention du diplôme d’HDR, laboratoire de recherche en bactériologie, institut Pasteur de Nouvelle-Calédonie, 2010, 81 p.

- Prix Koniambo Nickel SAS (30 000 F)

Lepauvre, Nicolas, Choix des sites pour les quais d’apports volontaires à Nouméa : une réflexion d’aménagement, mémoire de Master I aménagement et développement territorial, université de la Nouvelle-Calédonie, 2010, 62 p.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.