counter

vendredi 28 mai 2010

Conférence au Centre Culturel Tjibaou le 24 juin à 18h15



Le roman sur le divan, c'est passionnant!



Le traitement de la psychanalyse



dans la littérature australienne.



Depuis le 01 janvier 2010, Freud est tombé dans le domaine public, stimulant ainsi de nombreuses entreprises éditoriales au-delà du sérail classique composé des PUF, de Payot et de Gallimard. Le Seuil (le premier à éditer Lacan) entend lancer de nouvelles traductions qui, au lieu d’être signées de la main d’éminents psychanalystes, seront faites par des germanistes. Face à cette résurgence du Freudisme – un courant éreinté depuis 2005 par Le Livre noir de la psychanalyse (éditions Les arènes) publié sous la direction de Catherine Meyer –, il est bon de s'appesantir sur l'impact de l’héritage freudien dans le champ des lettres, et notamment au cœur de la littérature australienne. Et ce n’est pas parce que la France et l’Argentine, reconnus comme les pays les plus freudiens au monde, occupent le devant de la scène psychanalytique qu’il faut ignorer ce qui se passe en coulisse. La question de l’héritage freudien qui découle d’une œuvre foisonnante de 6226 pages mérite aussi d’être posée pour d’autres pays comme l’Australie où l’impact de la psychanalyse est moins évident. Ma conférence se subdivise donc en deux étapes :

Dans un premier temps je vais rapidement souligner les affinités entre les champs psychanalytique et littéraire,

Ensuite, j’analyserai l’utilisation des théories freudiennes et leur traitement littéraire dans le roman australien contemporain.

Sommaire


  1. Les affinités entre les champs psychanalytique et littéraire

Freud : grand écrivain et critique littéraire

L’artiste et l’enfant : une capacité de création

Psychanalyse et littérature en rivalité

L’interimplication » de la psychanalyse et de la littérature


  1. L’utilisation des théories freudiennes et leur traitement littéraire dans le roman australien

La psychanalyse dans l’édition australienne

Les emprunts positifs et habiles

Les emprunts négatifs : entre mépris et méconnaissance

Les attaques cinglantes : vers une forme de psychophobie ?


Cette conférence s’inspire de deux articles récemment parus :


- Vernay, JF. "Couched Words: The Interimplication of Fiction and Psychoanalysis", Etchings 7, Melbourne, 2009, 153-62. Un article qui analyse les rapports féconds que peuvent entretenir la psychanalyse et la littérature en citant des romans australiens pour exemple.

-Vernay, JF. “Freudianism in Dire Straits: The Representation of Psychoanalysis in Contemporary Australia”. AUMLA: Journal of the Australasian Universities Language and Literature Association 112, novembre 2009, 81-96. Cet article qui fait pendant à «Couched Words » se propose d’examiner les différentes utilisations de l’héritage freudien dans la littérature australienne contemporaine.






Il est à noter que le dernier livre du conférencier, Panorama du roman australien, aborde la question de la psychanalyse dans le roman aussie.














Déjà traduite en langue anglaise par Marie Ramsland (Université de Newcastle), cette introduction à la littérature australienne sera disponible sur place, à l’issue de la conférence au prix public de 4500 CFP. Sur présentation de la carte étudiant, une remise de 10% sera accordée. Pour ceux qui souhaitent se procurer l'ouvrage avant, vous pouvez passer commande ici:


J'ai eu le plaisir de m'entretenir avec Eric Lange sur France Inter le 07 juin. Pour ceux qui veulent écouter ces échanges écourtés par un problème technique indépendant de nos volontés, cliquez ici: http://hermannleblog.wordpress.com/

Je vous donne donc rendez-vous jeudi 24 juin 2010 en Case Eman, au Centre Culturel Tjibaou à 18h15.

Très cordialement,

Jean-François Vernay.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.