counter

mercredi 24 février 2010

Ron Mueck at the NGV from 22 January until 18 April 2010.


Artwork: Ron Mueck, Two Women (2005)

Artwork: Ron Mueck, Wild Man (2005)

Ron Mueck will be on display at NGV International on St Kilda Road from 22 January until 18 April 2010.

Admission fees apply: Adult $15.00 / Concession $12.00 / Children $7.50 / Member $7.50.

In January 2010, the National Gallery of Victoria will present a major exhibition of the work of internationally renowned sculptor Ron Mueck.
Known for his extraordinarily life-like creations, this exhibition will feature twelve sculptures by Mueck including four new works.
This will be the largest and most comprehensive Mueck exhibition ever to be held in Australia.

Frances Lindsay, NGV Deputy Director, said: “Since his dramatic entry onto the international art stage, Mueck has continued to astound audiences with his realistic, figurative sculptures and now occupies a unique and important place in the field of international contemporary art.”
David Hurlston, Curator Australian Art, said Ron Mueck’s poignant sculptures illustrate timeless human conditions from birth to demise.
“Mueck’s sculptures range from puckish portrayals of childhood innocence to acute observations of stages of life; from birth to adolescence, middle and old age, and even death. Many are solitary figures, psychological portraits of emotional intensity and of isolation,” said Mr Hurlston.

The exhibition will draw from Australian and international collections, highlights include: Mask IIMan in a boat (2002), Old woman in bed (2000/02), Wild man (2005), Two womenIn bed (2005), and through the generosity of a private collector from the United States, the iconic work Dead Dad (1996/97). 2001/02, (2005),
In addition to these there will be a number of new works created specifically for this exhibition which will be unveiled for the first time in Melbourne.
In his early career Melbourne-born Mueck worked as a puppet maker, however since 1997 he has been entirely devoted to making sculpture. In 1996, he was ‘discovered’ by British advertising guru Charles Saatchi, who included Mueck’s Dead Dad as part of the history making Sensation exhibition the following year.

Mueck went on to represent Australia at the 2001 Venice Biennale, capturing worldwide attention for his 4.5 metre sculpture, Crouching Boy. Since then, he has become one of the most significant figures in the contemporary art world.


Mueck’s work is currently held in the collections of Art Gallery of NSW, National Gallery of Australia, National Gallery of Victoria, McClelland Gallery and Queensland Art Gallery.

Ron Mueck is a National Gallery of Victoria touring exhibition and will travel to Queensland Art Gallery from 8 May until 8 August 2010 and to Christchurch Art Gallery from 30 September until 23 January 2011.

Check this review by Robert Nelson inThe Age :


http://www.theage.com.au/news/entertainment/arts/arts-reviews/ron-mueck/2010/02/02/1264876022556.html

and the one by Andrew Stephens

http://www.theage.com.au/news/entertainment/arts/under-the-skin/2010/01/22/1263663153503.html


A great exhibition catalogue is for sale on the spot. More about this publication below.
Un excellent catalogue de l'exposition est en vente sur place.

Le catalogue Ron Mueck édité par la NGV témoigne bien de l’entreprise de Ron Mueck, cet artiste né en Australie mais qui, lorsqu’il fut découvert pour la première fois à la London’s Royal Academy of Arts, fut assimilé aux sujets britanniques.
En 1997, il avait alors fait « sensation », thème de l’exposition collective, avec Dead Dad (1996-7). Plus d’une décennie après cette remarquable entrée en scène, Ron Mueck a conservé la même orientation : celle de réifier des moments de vulnérabilité dans l’existence (modeler une personne enceinte, qui vient de naître, moribonde, dans le plus simple appareil, blessée, etc.) avec des sculptures hyperréalistes qui miment les plus infimes imperfections cutanées. L’artiste aide le spectateur à se glisser dans la peau d’une Alice aux Pays des Merveilles en se jouant des échelles, car rien n’est à dimension humaine avec Mueck.
Les sculptures tantôt hypertrophiées, tantôt hypotrophiées, en résine de polyester et fibre de verre, entre autres, vous surprendront à coup sûr !
Alors dépêchez-vous de voir cette exposition de belle tenue ou de vous procurer, à défaut de vous déplacer, le catalogue qui lui rend justice .

Exhibition : Wilderness Balnaves Contemporary Paintings

Illustrtation: Louise Hearman Untitled #1304 2009, photography Mark Ashkanasy, courtesy of the artist and Roslyn Oxley9 Gallery, Sydney

Forthcoming exhibition : Wilderness Balnaves Contemporary Paintings
5 March_23 May 2010
ART GALLERY OF NSW



Wilderness, a new exhibition, will bring together fourteen of Australia’s best contemporary painters, including Del Kathryn Barton, Daniel Boyd, Tony Clark, Louise Hearman, Mary Scott, Michael Zavros and Fiona Lowry, to consider how nature and landscape are as entwined in our minds, memories and imaginations as as they are in any empirical fact.

After viewing the work of over 60 young to mid-career painters, Wayne Tunnicliffe, senior curator, contemporary art, selected the theme of wilderness and invited these fourteen artists to participate in this exhibition.

Wilderness is not about observed landscape, but about imagined regions, psychological landscapes, creatures both natural and unnatural, the importance that ideas of the 'wild' still play in our minds and lives, and how we inscribe nature with memory and meaning.

The concept of ‘wilderness’, of a land and nature unspoilt by humankind, only became prevalent as man no longer lived in the wilderness itself and urban life and cultivated nature became demarcated from ‘untouched’ areas. This also removed humankind from this new notion of land, as if to say that only landscape untouched by man was wilderness, the pristine being more valuable than land on which our mark was apparent.

The idea of ‘wilderness’, of an intact nature that predates human intervention, seems to serve an important psychological need, though in reality such areas are virtually non-existent. For the artists in this exhibition, ‘wilderness’ is not an actual place but a desire to explore what nature and the wild means in our minds and imaginations.

Mary Scott’s paintings are oversized close-ups of a display case of over 700 hummingbirds in the natural history museum in London. Michael Zavros’ meticulously painted miniature landscapes show the highly stylised, formal gardens of the 17th and early 18th centuries in which nature has been subjected to a controlling human will.

Louise Hearman’s paintings also spring from a highly fertile imagination and a somewhat dark subconscious. Together they form a surreal landscape in which disembodied heads hover over clouds, young girls walk into the earth and a bird stands on the ground in front of a giant, gently grimacing mouth.

Del Kathryn Barton’s vast painting We too have been there, though we shall land no more 2009 is over seven metres long and depicts a primordial scene in which glistening plants, beautifully groomed creatures and woodsprite-like figures, which could be male or female, gather around a lake, suggesting a fecund fusion of creation, nature and art.

Whereas the paintings in Wilderness are stylistically diverse, the artists are linked by a common approach to depicting a wild life that is as much within us as ‘out there’. These artists all ask us to look further at the world around us and to question just how natural nature is and what we expect to find when we look at the landscape. These paintings convey a vision of wilderness as firmly located in our psyches as it is any national park or unspoilt tract of land.

The fourteen artists are Del Kathryn Barton, Andrew Browne, Daniel Boyd, Stephen Bush, Tony Clark, Julie Fragar, Louise Hearman, Fiona Lowry, Nigel Milsom, James Morrison, Alex Pittendrigh, Mary Scott, Megan Walch and Michael Zavros.

Wilderness is the first in a new series of biennial exhibitions supported by the Balnaves Foundation. The first considers painting, the second, photography and the third, contemporary sculpture and installation.

On view:

5 March – 23 May 2010
Art Gallery of New South Wales
Art Gallery Road, The Domain, Sydney



Hours:

10am to 5pm, 7 days a week
Art After Hours Wednesday nights until 9pm

lundi 22 février 2010

Chantiers australiens: suite

Chantiers australiens : du totémisme aux nouvelles technologies

Séminaire animé par Barbara Glowczewski (DR CNRS, LAS) et Jessica De Largy Healy (Chercheuse affiliée au LAS)

La prochaine séance aura lieu le Mardi 9 mars 2010
Musée du quai Branly, Salle de cours 2, 10h-14h

10.00 - 12.00
Martin Préaud, postdoc IIAC
"Le Kriol autochtone: créolisation et identités politiques dans le Kimberley"


12.00 - 14.00
Bernard Moizo, Chercheur, IRD
"« Here we’re all mixed, one mob, one language ». Utilisation et discours sur le Kreol dans une communauté aborigène des Kimberleys dans les années 80"



Contacts : b.glowczewski@college-de-france.fr et jdelargy@quaibranly.fr


Dernière séance:
13 avril 2010: "Mémoire coloniale et historicité dans la peinture kija du Kimberley Oriental" Arnaud Morvan (doctorant EHESS/Université de Melbourne).
"'In the best interests of the Aboriginal child': Configuring relationships between past and present Aboriginal child removals" Tiffany McComsey (PhD Candidate, University of Manchester UK).


http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2009/ue/353/


Consultables à la bibliothèque du Laboratoire d’Anthropologie sociale :
Pistes de Rêves. Voyage en terres aborigènes. Avec les artistes de Lajamanu et Galiwin'ku. B. Glowczewski et J. De Largy Healy. Editions du Chêne, 2005.
Le Défi Indigène : entre spectacle et politique, B. Glowczewski et R. Henry (éds), Paris, Aux Lieux d’être, 2007 ;
Rêves en Colère, B. Glowczewski, Paris, Plon, 2004 ;
Guerriers pour la paix. La condition politique des Aborigènes vue de Palm Island, B. Glowczewski (avec Lex Wotton), Indigène Editions, 2008;
"Etre Aborigène aujourd'hui. Migrations, sédentarisations et changements identitaires dans le Nord-Ouest de l'Australie", B. Moizo, Etudes Rurales, 120 :107-128, 1991;
"Les gangs aborigènes dans une bourgade du Nord-Ouest de l’Australie", B. Moizo, Autrepart, 11: 61-79, 1999.

vendredi 19 février 2010

Exposition à l'Alliance française de Melbourne


Bonjour à tous,

Vous aurez certainement le plaisir de découvrir une belle exposition d'art aborigène qui se tient à l'Alliance française de Melbourne (51 Grey Street à St Kilda) à l'initiative de son Directeur bien sympathique, Patrice PAUC.
Les oeuvres sont exposées jusqu'au 5 mars, et peuvent être acquises. Les tarifs sont très abordables et la majorité des gains revient à cette communauté d'artistes de East Gippsland.

En visuel: Bradley James Brown, Living Water, 2010. 1m x 70 cm. Collection privée.

Pour plus d'information, voir leur site web:

http://www.afmelbourne.asn.au/gallery.html

lundi 15 février 2010

Appel à contribution: Projet de colloque international à Nouméa, Nouvelle-Calédonie

Projet de colloque international à Nouméa, Nouvelle-Calédonie
mars 2011. Appel à contribution :


Transmettez remarques et propositions à Viviane Fayaud : vfayaud@msh-paris.fr
Destins des collectivités politiques d’Océanie

Peuples, populations, nations, États, territoires, pays, patries, communautés, frontières
RAPPORTS INTRODUCTIFS
1- Peuples, populations, nations, États… : naissance des mots
2- Peuplements, influences et conflits dans le Pacifique insulaire
3- L’évolution des collectivités françaises dans le Pacifique depuis 1946
4- Institutions, évolutions et imagination devant l’exigence de sécurité juridique

1ERE PARTIE : CONCEPTS, HISTOIRE ET LINGUISTIQUE
Concepts Histoire Linguistique
Peuples/populations La naissance des peuples (quelques exemples) Étude de ces concepts
dans les langues
océaniennes
quelques exemples
Nation/État/pays/Territoire La naissance d’une nation (exemples)
Citoyenneté/nationalité Histoire de la conquête de la citoyenneté
Patrie/communautés Communautés et guerres mondiales
La participation des Océaniens aux deux guerres mondiales
Colonisation & décolonisation
Frontières Quelle signification en Océanie ?
Conflits de délimitation
2EME PARTIE : PRATIQUES
L’Océanie, un champ d’expérimentations politiques
1/ Entre dépendances et indépendances, des relations privilégiées
A/ Relation d’adjonction
Guam, Mariannes du Nord
Western Samoa
Macao, Hong-Kong
Comparaison : Puerto-Rico
B/ Relation fédérale
Hawaii Influence de ces statuts
Comparaisons : Antilles néerlandaises sur la vie politique de
Québec l’outre-mer français
C/ Relation associative
Micronésie
Iles Cook et Niue
2/ La place non exclusive du peuple premier :
Australie ; Nouvelle-Zélande
États-Unis ; Canada
Fidji
Nouvelle-Calédonie
3/ Le rôle des organisations internationales
L’ONU
L’Union Européenne
Le Commonwealth britannique
Les organisations régionales
3EME PARTIE : SINGULARITES
1/ Les singularités humaines: les recensements pour quoi faire? Le métissage.
2/ Les singularités identitaires. Les symboles des collectivités : se faire un nom et une image.
3/ Les singularités politiques: loyalistes, autonomistes, indépendantistes, et les autres.
4/ Les singularités des expressions: les différents porte-paroles et la littérature engagée. Qui parle au nom de qui ?
5/ Les singularités judiciaires : sociétés plurielles et droits.
6/ Les singularités économiques et financières :
- Économies océaniennes et mondialisation.
- Finances et dépendances.
SYNTHESE

Projet de colloque international

Projet de colloque international
Nouméa, Nouvelle-Calédonie, en mars 2011

DESTINS DES COLLECTIVITES POLITIQUES D’OCEANIE
Peuples, populations, nations, États, territoires, pays, patries, communautés, frontières


Cette recherche sur les différentes formes des et autour des collectivités politiques d’Océanie présente de multiples intérêts.
Tout d’abord, sous l’égide du CNRS, elle sera le modèle même de manifestation scientifique propre à alimenter la recherche en faisant place tant aux spécialistes universitaires les plus consacrés des sujets traités qu’à l’apport des jeunes générations prometteuses de la recherche, en valorisant aussi le témoignage indispensable des praticiens.
Ensuite, d’un point de vue situé, cette manifestation sur l’Océanie se tiendra en Océanie. Elle fera un temps de Nouméa, en Nouvelle-Calédonie, une capitale scientifique, et attestera qu’on peut aux antipodes de Paris mener recherches et controverses doctrinales d’autant plus intenses qu’à proximité de leur objet. Le colloque sur les « Destins des collectivités politiques d’Océanie » prend un intérêt tout particulier en Nouvelle-Calédonie, collectivité à la recherche de son destin, et déjà face à des choix parfois ressentis comme vertigineux.
Pour la Nouvelle-Calédonie, à ce moment de l’évolution de son évolution institutionnelle, en 2011, pendant l’avant dernière mandature de l’Accord de Nouméa et en vue des moments décisifs, cette manifestation constituera une essentielle expertise préalable. Elle permettra d’abord et fondamentalement, de fixer le sens des mots et des des notions, car pour dialoguer il faut avoir un langage commun. Et elle prémunira contre toute pensée auto centrée, danger récurrent notamment en France : la vaste dimension comparative de cette manifestation viendra aider l’imagination juridique au service des évolutions politiques, non pas d’ailleurs à la recherche de modèles tout faits, mais pour l’inspiration et l’invention de nouvelles solutions.
Cependant, si la Nouvelle-Calédonie peut être considérée comme un modèle privilégié d’application des thèmes traités dans ce colloque, c’est toute l’Océanie qui en est l’enjeu et l’on peut dire que l’Océanie, ce nouveau monde si singulier est, de la minuscule Nauru à l’immense Australie, en quête de son destin politique, avec presque autant de formules qu’il y a de cas d’applications.
Les retombées scientifiques de cette manifestation permettent d'envisager d'ores et déjà qu'elle établira un point de départ à compter duquel les membres de la communauté des chercheurs qui y auront participé renforceront les liens alors noués. En effet le colloque a pour mission première d'éclaicir les concepts et de les mettre à l'épreuve des diverses expérimentations dont l'Océanie est riche. Mais tout ce débat auxquel nous allons procéder a une mission: pouvoir progresser dans l'organisation politique des collectivités en question en connaissance de cause; il s’agit tant d’aboutir à une perception exacte du sens des mots afin de parler un langage exact et commun, que d’acquérir la connaissance de ce que l'imagination et les pratiques, ailleurs que chez soi, ont pu produire.
Nous avons là des travaux pour le terrain, au service d'une humanité qui y cherche ses codes les plus pertinents, et ce débat général est aussi porteur de réflexions sur mesure à développer ensuite.
Tout cela donne une idée de l'importance de la publication qui sera tirée de ce colloque. Elle sera en effet le document de base de la réflexion sur les questions débattues, voire controversées, et l'instrument à partir duquel les collectivités situées pourront construire leurs propres perspectives. Ainsi, pour impliquer le maximum de ceux qui sont concernés, cet ouvrage en français fera l'objet d'une traduction en anglais. Celle-ci n'est pas pour la francophonie une contradiction, mais une conjonction, la conviction d'un chemin commun.

Responsables scientifiques :
Jean-Yves Faberon, jy.faberon@canl.nc
Viviane Fayaud, vfayaud@msh-paris.fr
Jean-Marc Regnault, regnaultjm@yahoo.fr

Colloque et Livre Blanc des SHS sur l’Océanie

Cher(e)s Collègues,


Le CREDO (Centre de Recherche et de Documentation sur l’Océanie, UMR 6574) et IMASIE (Réseau Asie, UPS 2999) ont décidé de s’associer dans le but de mettre en relation et de rendre visibles les recherches francophones entreprises dans ou sur le Pacifique. Les Sciences Humaines et Sociales sont tout particulièrement concernées mais également les autres disciplines lorsqu’elles touchent directement ou indirectement à des problématiques sociétales et humaines.

Les deux laboratoires ont décidé d’engager rapidement deux actions.
La première est l’organisation d’un colloque général sur les études océanistes.
La seconde sera la publication d’un Livre Blanc sur les études francophones dans le Pacifique.

La première action doit permettre aux chercheurs, enseignants-chercheurs, documentalistes, doctorants avancés et autres personnes impliquées dans les recherches océaniennes de présenter leurs axes de recherche, leurs travaux achevés et en cours, et les problématiques envisagées pour le futur.

La seconde devra être un inventaire aussi complet que possible des acteurs, de leurs travaux et des problématiques abordées (ou négligées) pour la région qui nous intéresse. La seconde action sera l’un des résultats tangibles de la première et devra, entre autres, servir à la communauté scientifique dans ses relations avec les tutelles et partenaires.

A partir de ces deux actions, nous espérons pouvoir créer un réseau pérenne et pluridisciplinaire des recherches sur le Pacifique.

Nous avons décidé de coder ces deux actions sous l’acronyme LBSHS-Pacifique (Livre Blanc des Sciences Humaines et Sociales pour le Pacifique).

Première Action :

Le Colloque

Dates : 10, 11 et 12 Mars 2010
Lieu : Siège du CNRS, 3 rue Michel-Ange, Paris

http://reseau.pacific-credo.fr/.


Le colloque est organisé autour d’une vingtaine de thèmes.
Ces thèmes identifiés suite à une large consultation — disponibles sur le site du colloque à l’adresse http://reseau.pacific-credo.fr — doivent être compris dans leur sens le plus général. Nous comptons en effet sur un brassage des disciplines et la rencontre de chercheurs qui, par ailleurs, n’auraient peut-être pas l’occasion de discuter ensemble de leurs travaux.

Ces sessions doivent contribuer à établir un état des lieux de la recherche francophone dans le Pacifique. Les interventions que nous sollicitons devraient participer à la clarification de questions générales sur chaque discipline et chaque thématique.
Ainsi, hormis une présentation des travaux, les exposés répondront à une ou plusieurs des interrogations suivantes :

- Quelles sont les avancées les plus significatives auxquelles vous contribuez ou avez contribué ?
- Comment vos recherches structurent-elles les champs thématiques et disciplinaires ?
- Quelles sont les grandes problématiques de demain que vos recherches permettent de cristalliser ?
- Quels sont les domaines, les terrains et les questions sur lesquels la recherche francophone est lacunaire ?
- Comment envisager l’intensification des échanges et collaborations entre individus, disciplines et institutions ?

Date limite d’enregistrement au colloque : 15 février 2010 (obligatoire pour assister au trois journées d’étude des 10-12 mars)


Pour toute question, nous avons créé une adresse de messagerie spécifique : lbshs@pacific-credo.fr

Avec nos cordiales salutations,
Les organisateurs : Viviane FAyaud, Laurent Dousset